Costa Rica

Avec sa petite superficie de 51 100 km2 environ, pour moins de 5 millions d’habitants approximativement, ce pays s’illustre par sa discrétion touristique. Le Costa Rica est le symbole des belles côtes, car il est bordé à l’ouest par l’océan pacifique et à l’est par la mer des Caraïbes. L’espagnol est la langue officielle, mais l’anglais n’est pas en laisse. Le catholicisme est la confession religieuse majoritaire. La monnaie officielle est le Colón (CRC). 1 euro= 500 CRC.

Découverte de la côte riche

Si la nature devait établir son royaume, le Costa Rica serait un choix de prédilection. Véritable carte postale, ce pays d’Amérique centrale est la définition même du « Hakuna matata ». En effet, y vivre c’est passer son temps sans soucis, se laissant bercer par la beauté de son paysage et de la gentillesse de ses tico (habitants). Les billets sont en général chers. En effet, les tarifs pour un aller-retour commencent à partir de 850 euros environ.

Pour circuler au Costa Rica, un véhicule tout terrain est nécessaire, car les sentiers en terre sont plus nombreux que les routes bitumées. Ce sont donc ces types de véhicules qui sont proposés par les agences de voyages pour la location. Le réseau routier de ce pays est plutôt complexe et seule la Carretera Interamericana (route interaméricaine) traverse une bonne partie du pays.

Que faire durant son séjour

  • Parmi les nombreuses activités proposées au Costa Rica, la randonnée est la plus effectuée. En effet, 27 parcs nationaux composent le pays et en leur sein, des centaines de sentiers pour les visiter. Pourquoi ne pas profiter de l’émerveillement qu’offre cette belle nature, en marchant ? Le Manuel Antonio par exemple, offre en plus des sentiers pour randonnée, de belles plages pour se détendre et se rafraîchir. Les aventuriers de l’extrême peuvent s’offrir l’expérience unique et gravir un volcan. Le plus célèbre est le Cerro Chirripó, avec ses 3820 mètres d’altitude. L’aventure continue dans la région du Monteverde, avec les balades dans les canopées où l’on peut être suspendu à plusieurs dizaines de mètres du sol.
  • Les activités nautiques ne manquent pas, avec le rafting qui se pratique essentiellement sur le Rio Pacuare, dans la vallée centrale. Le surf est le sport local dans ce pays, les amateurs débarquent de partout pour dompter les vagues houleuses de la mer des Caraïbes ou de l’océan pacifique. Les activités nautiques se font tant en surface que sous l’eau. Le Snorkelling et la plongée révèlent aux curieux, la beauté des fonds marins du Costa Rica surtout dans la zone pacifique sud, et au nord de la péninsule d’Osa.
  • Enfin, se détendre tout simplement sur les 1200 km de côtes avec des plages de sable fin blanc ou noir ne s’oublie pas. Manzanillo ou les plages cachées du Parque Nacionale de Cahuita sont les plus surprenantes.

Devant cette multiplicité d’activités, bien choisir sa date de départ est important pour pouvoir en profiter.

Quand et comment se rendre au Costa Rica ?

On peut choisir sa date de départ en fonction de la période climatique ou de l’affluence touristique. Pour profiter des plages et activités nautiques, la saison sèche allant de décembre à fin avril est la période la plus propice. Néanmoins, en cette période, le paysage est plutôt desséché à cause du manque de pluie. Les randonneurs seront moins satisfaits. La saison pluvieuse qui va de mai à fin novembre révèle mieux la beauté du paysage et les prix des billets baissent du fait de la baisse des touristes. Pour qui veut éviter l’affluence touristique pour profiter calmement de ce pays, la période de décembre à février et le mois de juillet connaissent une baisse légère de visites touristiques.

Le meilleur moyen pour se rendre au Costa Rica est par voie aérienne. Ainsi, depuis les États-Unis, les compagnies aériennes américaines ou canadiennes ou les compagnies nationales Lacsa et Grupo TA desservent bien le pays et arrivent à l’aéroport international Juan Santamaria à San José ou Daniel Oduber Quiros à Liberia. Les vols qui viennent d’Europe par contre font toujours une escale aux États-Unis, à Mexico ou Panama City où ils ont une correspondance. Il faut compter entre 17 et 23 heures de vol au départ de l’Europe.